UP

-     Rédigé par admin

Formation: Architecte d’intérieur

Le titre d’architecte d’intérieur n’est pas protégé. Ceci implique que n’importe qui peut s’en prévaloir sans aucun contrôle possible. En revanche l’assurance professionnelle reste une obligation et les assureurs posent le plus souvent la qualification prononcée par un organisme professionnel comme une condition préalable pour contracter une Responsabilité civile et une décennale. C’est, là, la seule régulation de cette profession.

L’architecte d’intérieur conçoit et dessine la façade d’un bâtiment mais aussi ses cloisons, le mobilier, l’éclairage et même le sens de la circulation dans les différentes pièces. Il repense les intérieurs des bureaux, des magasins, stands commerciaux ou musées. Il jongle avec les formes, les couleurs, les lignes, les volumes et les matières pour intégrer harmonieusement des équipements professionnels et articuler les espaces selon la meilleure disposition possible.

Le Conseil français des architectes d’intérieur (CFAI) et l’Union nationale des architectes d’intérieur et designers (UNAID) prononcent des qualifications selon des critères qui leur sont propres.

L’UNAID est un syndicat professionnel patronal déclaré comme tel, c’est la seule association professionnelle regroupant des architectes d’intérieur qui dispose de ce statut.

Plusieurs écoles de formation professionnelle comme l’ESAI-Cours Bessil à Montpellier sont reconnues par l’UNAID, alors que d’autres sont en attente de reconnaissance.

Il réalise d’abord des prévisualisations (plans, dessins), et des maquettes en 3D pour permettre la validation du projet par le client, en tenant compte de ses contraintes budgétaires. Mais, s’il déploie une imagination créative débordante, l’architecte d’intérieur est aussi un technicien du bâtiment. Pas question d’oublier le passage des câbles électriques ! Sans oublier les contraintes réglementaires inhérentes à l’immobilier.
Une fois le projet accepté, il sélectionne les entreprises chargées de réaliser les travaux et coordonne le chantier.Pour exercer son métier, il maîtrise les logiciels informatiques spécialisés et dispose d’une solide culture artistique.

Environ 2 700 professionnels travaillent dans la sphère de l’agencement et de la décoration. Mais, parmi eux, un peu plus de 700 seulement sont architectes d’intérieur qualifiés. Les autres sont, par exemple, décorateurs ou agenceurs.80 % en libéral80 % des architectes d’intérieur travaillent en free-lance, certains s’associant au sein d’un cabinet afin de réduire leurs charges. 20 % sont salariés d’un cabinet d’architecture d’intérieur ou d’un bureau d’études : un statut recommandé aux jeunes diplômés, le temps de se constituer une expérience et un carnet d’adresses.

La formation d’architecte d’intérieur regroupe des matières techniques, artistiques, philosophiques et sociologiques. Écoles d’enseignement supérieur libre sont reconnues par le CFAI (Conseil Français des Architectes d’Intérieur):

  • Écoles en France publiques, libres et privées d’architecte d’intérieur :
    • Écoles publiques :
      • École Boulle (Paris)
      • École Olivier de Serres – ENSAAMA (École nationale supérieure d’art et des métiers d’art) (Paris)
      • Écoles des Beaux Arts (Toulouse et Angers)
      • ENSAD (Paris)
      • Lycée La Martinière-Terreaux (Lyon)
      • Lycée Le Corbusier (Illkirch Graffenstaden)
      • Lycée Denis Diderot (Marseille)
      • Lycée Jean Perrin (Marseille)
    • Écoles privées :

D’autres écoles privées délivrent des certificats de formation professionnelle en architecture intérieure :

  • École d’Arts Appliqués de Poitiers (EAA Poitiers)
  • MJM
  • ESPL Angers